messe du 2 Août 2020

INTRODUCTION

C’est au Père nourricier qu’il est fait allusion ce dimanche. Dieu donne de la nourriture. Bien évidemment elle n’est pas commune, elle n’est pas seulement humaine: elle est au-delà. Dans la première lecture, il est proposé de transformer notre effort vers un but qui en vaut la peine:

«  Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas,

vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ?

Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses,

vous vous régalerez de viandes savoureuses ! »

Le psaume nous présente le Seigneur comme celui qui subvient à nos besoins mais pas seulement, il sait quand il est nécessaire d’être nourri.

« Tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;

tu ouvres ta main :

tu rassasies avec bonté tout ce qui vit. »

Dans la deuxième lecture, la faim elle même ne peut venir à bout de notre relation à Dieu. On la place comme aussi problématique pour l’homme que la peur , la mort, la guerre.

«  Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ?

la détresse ? l’angoisse ? la persécution ?

la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ? »

Dans l’Evangile, il va être question de notre mission première, nourrir :

« L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée.

Renvoie donc la foule :

qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »

    Mais Jésus leur dit :

« Ils n’ont pas besoin de s’en aller.

Donnez-leur vous-mêmes à manger. »

Le lien de ce texte avec la dernière cène est clair:

« et, levant les yeux au ciel,

il prononça la bénédiction ;

il rompit les pains,

il les donna aux disciples,

et les disciples les donnèrent à la foule.

    Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. »

Quand Dieu nous parle, chaque dimanche, il nous laisse  porte ouverte pour une réponse. Alors

qu’ajouter? Ces quelques mots peut-être:

Donne-nous Seigneur cette nourriture autre et donne-nous les forces et l’enthousiasme  de la distribuer à nos frères et de prendre ainsi le relais.

CHANT D’ENTRÉE

PREMIÈRE LECTURE

« Venez acheter et consommer » (Is 55, 1-3)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :
    Vous tous qui avez soif,
venez, voici de l’eau !
Même si vous n’avez pas d’argent,
venez acheter et consommer,
venez acheter du vin et du lait
sans argent, sans rien payer.
    Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas,
vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ?
Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses,
vous vous régalerez de viandes savoureuses !
    Prêtez l’oreille ! Venez à moi !
Écoutez, et vous vivrez.
Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle :
ce sont les bienfaits garantis à David.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

PSAUME

(Ps 144 (145), 8-9, 15-16, 17-18)

R/ Tu ouvres ta main, Seigneur :
nous voici rassasiés.
 (cf. Ps 144, 16)

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses œuvres.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
tu ouvres ta main :
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de tous ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

DEUXIÈME LECTURE

« Aucune créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ » (Rm 8, 35.37-39)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
    qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ?
la détresse ? l’angoisse ? la persécution ?
la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ?
    Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs
grâce à celui qui nous a aimés.
    J’en ai la certitude :
ni la mort ni la vie,
ni les anges ni les Principautés célestes,
ni le présent ni l’avenir,
ni les Puissances,
    ni les hauteurs, ni les abîmes,
ni aucune autre créature,
rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu
qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

    – Parole du Seigneur.

ALLÉLUIA

ÉVANGILE

« Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés » (Mt 14, 13-21)

Alléluia. Alléluia.
L’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Alléluia. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste,
il se retira et partit en barque
pour un endroit désert, à l’écart.
Les foules l’apprirent
et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
    En débarquant, il vit une grande foule de gens ;
il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades.

Le soir venu,
les disciples s’approchèrent et lui dirent :
« L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée.
Renvoie donc la foule :
qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
    Mais Jésus leur dit :
« Ils n’ont pas besoin de s’en aller.
Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
    Alors ils lui disent :
« Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
    Jésus dit :


« Apportez-les moi. »
    Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe,
il prit les cinq pains et les deux poissons,
et, levant les yeux au ciel,
il prononça la bénédiction ;
il rompit les pains,
il les donna aux disciples,
et les disciples les donnèrent à la foule.
    Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés.
On ramassa les morceaux qui restaient :
cela faisait douze paniers pleins.
    Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille,
sans compter les femmes et les enfants.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

MEDITATION

PRIERE

Pour prier

Je me mets en présence du Dieu tout aimant, présent à la vie des hommes, à la mienne. Son amour me devance, Il m’attend.
Je m’offre à sa présence.

Jésus vit une grande foule qui venait à lui.
Je viens avec tout ce que je porte, mes maladies, mes peines, mes joies…

Jésus voit les besoins des hommes. Jésus se préoccupe du bonheur des hommes, il se soucie de la vie des hommes, de ma vie.

Comment pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ?.
J’écoute Jésus. C’est Lui qui nous questionne, qui nous demande de regarder la faim des hommes et leurs besoins même les plus ordinaires, « terre à terre ». Il n’est pas un Dieu lointain, dans les nuages. Il nous ramène à notre vie humaine quotidienne. Aimer…c’est là un humble service quotidien.

Il y a un jeune garçon qui a 5 pains d’orge et 2 poissons. Qu’est ce que cela pour tant de monde ?.
Je laisse résonner en moi l’immense disproportion : 5 pains..2 poissons…5000 hommes…

Jésus prit les pains, et ayant rendu grâce il les distribua aux convives autant qu’ils en voulaient.
Rendre grâce. Dieu donne en abondance, à chacun suivant son désir, suivant mon désir.
Jésus s’offre pour nourrir la faim des hommes : se nourrir de Dieu, pain de vie pour toujours. Il s’offre pour être pain de ma vie.

Je lui dis avec mes mots ce que je désire vivre avec Lui…

Source : Compagnie de Sainte Ursule https://ursule-tours.cef.fr/Prier-avec-la-multiplication-des

Chantons Notre Père avec « ABBA Père – Collectif cieux ouverts »

Paroles et accords de guitare : ici

CHANT FINAL

Paroles et accords de guitare : cliquez ici

ANIMATION

Article pour aller plus loin

  1. On peut voir que la nourriture joue un rôle important dans les textes de la Bible. Voici un article en image qui vous ferra découvrir quelques uns des aliments qui auraient pu se trouver dans l’assiette de Jésus

A lire ici

Source : Chrétiens Lifestylehttps://chretienslifestyle.com/nourriture-et-aliments-aux-temps-de-la-bible/

  1. Une approche plus théologique sur le thème de la faim et la nourriture dans la bible

Nourriture et repas dans le premier Évangile. Approche narrative et psycho-anthropologique d’ Elian Cuvillier

Dans Études théologiques et religieuses 2007/2 (Tome 82), pages 193 à 206

A lire ici

A faire avec les enfants

Recette Facile

La bonne galette de la veuve de Sarepta

Source et pour d’autres recette: cliquez ici

La bible parle d’une veuve qui a nourri le prophète Élie en lui faisant cuire un pain à l’huile.

Voilà une recette qui y ressemble sans doute : cette galette de pain, traditionnelle au Moyen Orient, se déguste chaude.

Pour cuisiner, fais-toi aider d’un adulte (surtout pour mettre le pain au four et le sortir)

Commence par mettre un tablier, et te laver les mains.

Et BON APPÉTIT !

Il te faut

  1. 15g de levure fraiche (ou un sachet de levure de boulanger )
  2. 20 à 25 cl d’eau tiède
  3. 400g de farine
  4. 1 cuil à café de sel
  5. 2 cuil à soupe dhuile d’olive

1 la préparation de la pâte

  • Délaie la levure dans l’eau tiède.
  • Dans un grand saladier, mélange la farine et le sel.
  • Incorpore petit à petit la levure délayée, puis l’huile.
  • Travaille la pâte longtemps jusqu’à ce qu’elle devienne bien élastique (10 minutes).
  • Couvre le saladier d’un torchon humide et laisse lever : pour que la pâte double de volume, il faut compter au moins 1h30 à 2h.

2 la préparation des galettes

  • Roule la pâte en boule sur un plan de travail largement fariné.
  • Divise cette boule en 8 petites boules égales.
  • Aplatis les ensuite pour former des galettes ovales de 5mm environ d’épaisseur.
  • Couvre-les d’un linge humide et laisse-les gonfler 30 minutes.
  • Pendant ce temps, fais chauffer le four à 240°C (thermostat 8), avec dedans une ou deux plaques de cuisson graissées.

3 la cuisson

  • Fais glisser les 8 galettes sur les plaques de cuisson (attention, elles sont chaudes !)
  • Laisse cuire environ 6 minutes.
  • Les galettes ne doivent pas dorer, mais gonfler et se fendre sous la chaleur.
  • Laisse refroidir un peu sur des grilles.
  • Servir encore chaude